Le jeûne et la faim!

Oui, vous allez avoir faim !

Il est impossible de dire exactement comment votre corps se sentira pendant les premières étapes du jeûne intermittent, car tout le monde est différent et vous pouvez réagir différemment des autres. Cependant, il y a quelques choses qui se produisent souvent chez la plupart des gens au début d’un jeûne intermittent. Si vous avez l’habitude de manger cinq ou six fois par jour, vous pourriez ressentir ces effets dans une plus grande mesure que si vous mangez déjà trois repas par jour avec des collations minimales.

Au fur et à mesure que votre corps s’adapte au jeûne intermittent, il est normal de ressentir une augmentation de la faim et des fringales. Il s’agit souvent de la faim mentale ou émotionnelle plutôt que de la faim physique. Vous pouvez également éprouver des maux de tête, un manque d’énergie et de l’irritabilité. Il est possible de se sentir un peu étourdi, faible ou étourdi en se levant. La gravité de ces symptômes peut varier en fonction de plusieurs facteurs, y compris vos habitudes alimentaires antérieures, mais ils ne devraient pas être extrêmement envahissants et ils devraient diminuer en une semaine environ.

Psychologie de la faim

La faim est délicate parce que, d’une part, il y a la vraie faim physiologique ; d’autre part, il y a la faim mentale. En termes simples, la faim physique se produit lorsque votre estomac est vide. Vous pouvez ressentir le vide physique dans votre estomac ainsi qu’une faiblesse ou une baisse d’énergie. La faim psychologique est le résultat d’un désir de manger par habitude ou par ennui ou à cause d’indices extérieurs. Bien que vous puissiez faire ces choses inconsciemment, lorsque vous en prenez conscience, vous pouvez changer la façon dont elles vous affectent. Au lieu de manger sans réfléchir parce que vous participez à une activité sociale ou parce que votre conjoint a faim, faites attention à ce que vous ressentez vraiment. Avez-vous vraiment faim ou êtes-vous simplement tenté par l’un de ces indices ? Dans ce dernier cas, vous pouvez soit changer votre environnement, soit utiliser l’une des quelques techniques utiles fournies dans ce chapitre pour réduire votre faim.

Indices de la faim

Les signaux de la faim nous incitent à manger, même quand nous n’avons pas faim. Il existe trois types d’indices de la faim : sensoriels, sociaux et normatifs.

Un repère sensoriel externe est tout ce qui suscite votre désir de manger en ciblant vos sens. Par exemple, vous pouvez sentir votre repas préféré ou voir un contenant rempli de biscuits fraîchement cuits. Selon les recherches, l’exposition à des indices sensoriels externes peut augmenter considérablement votre désir de manger, même lorsque votre estomac est plein et que vous n’avez pas vraiment faim.

La nourriture est devenue un moyen pour les gens de se divertir et de faire plaisir aux autres. Sortir manger au restaurant est maintenant un passe-temps favori, et vous pouvez rarement aller à une fête ou à un autre événement sans qu’on vous offre tous les types de nourriture. Ces tentations sont des indices sociaux. Dans plusieurs de ces cas, il est probable que vous mangerez même si vous n’avez pas faim ; souvent vous ne vous en rendrez même pas compte.

Le dernier type d’indices de la faim est des indices normatifs ; ce sont des choses comme la taille des portions ou la taille des assiettes, qui influent sur la quantité d’aliments que vous mangez. Vous ne vous rendez peut-être même pas compte que vous êtes affecté par ces choses, mais la recherche montre que lorsque vous utilisez des assiettes plus grandes, vous avez tendance à vous servir davantage et, par conséquent, vous mangez plus.

About The Author